Eh oui, l’heure des vacances approche, en tout cas pour moi ! Mais un peu comme lorsque l’on a des animaux de compagnie, partir demande de l’organisation, notamment pour le jardin. C’est la première année que j’y porte autant d’attention alors j’ai essayé de ne pas faire de bêtises pour anticiper ces 10-15 jours en déplacement. Vous allez me dire si je me suis bien trompé ou si j’ai espoir de revoir quelque chose à l’approche de la mi-août !

Le sort de mes jolies fleurs

J’ai deux trois jardinières et quelques fleurs plantées à même le sol. J’ai lu sur Internet (oui j’ai triché !) qu’il était bon de tout retirer avant de partir. Je n’ai pas osé en fait ! J’ai retiré fleurs et feuilles fanées, ça me paraissait logique. Ensuite, les fleurs qui avait déjà partiellement écloses, je les ai coupées aussi puisque je ne verrai rien de leur floraison avant mon retour. Par contre, contrairement à ce que j’ai lu, j’ai gardé deux ou trois boutons restants. Le temps qu’ils deviennent de belles fleurs, j’ai le temps d’être de retour de mon séjour.

Mon carré potager

J’ai appliqué la même méthode pour mon carré potager en retirant tout ce qui est comestible, et tout ce qui va l’être dans les jours à venir. J’imagine qu’il me faudra recommencer en rentrant de séjour. Mais surtout, est-ce que je peux encore attendre quelques légumes du jardin si je laisse le terrain vivre sa vie disons jusqu’au 10 août et que je m’en occupe dans la semaine du retour ? Ça ne serait pas très grave mais je suis curieux de savoir s’il faut que j’y consacre un peu de temps ou que je passe à autre chose ?

L’arrosage, une question de météo

L’arrosage automatique, il n’y a que ça de vrai d’autant plus qu’il existe de nombreuses solutions dans le commerce. On en trouve avec des capteurs d’humidité, avec un boîtier électronique de régulation, bref il y a plein de solutions. Encore faut-il s’en occuper et c’est trop tard pour cette année (j’ai déjà dit ça l’année dernière !). Alors j’use de deux solutions : le voisin va passer par-dessus la clôture pour arroser la pelouse, les fleurs et mes quelques légumes. Je fais la même chose pour lui. Dans l’autre partie du jardin qui ne lui est pas accessible, je vais mettre des bouteilles pleines d’eau renversées en terre. C’est ma deuxième solution d’arrosage lent DIY ! J’espère que l’eau sera absorbée juste en fonction des besoins de la terre. Qu’en pensez-vous ?

Le binage et paillage

Il me reste avant de partir à biner le sol. L’idée est d’améliorer l’humidification de la terre par la pluie grâce à une terre moins compacte. J’ai trouvé un dicton qui dit qu’un binage vaut deux arrosages. Disons que ça va me donner bonne conscience ! Ensuite je paille le sol pour une meilleure rétention de l’eau. Je mets du paillage de coco, ça donne une touche de vacances au sol de mes espaces verts !

Vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais j’ai un superbe olivier dans le jardin, mais lui je n’y fais rien. Ils vivent des siècles dans la nature, il devrait bien résister 15 jours sans moi ! Il fera juste partie de ce que mon voisin va arroser lorsqu’il passera dans mon jardin, mais pas plus. J’ai fait la préparation de mon jardin un peu en amateur, en plusieurs fois, en m’aidant d’Internet et en faisant ça avec les moyens du bord. Et finalement, bien que n’ayant pas un grand terrain, il m’a fallu du temps pour tout organiser. Alors si j’ai fait des choses absurdes, n’hésitez pas à me le dire. Si ça ne me sert pas cette année, cela sera au moins pour l’année prochaine ! Ou pour quelqu’un d’autre sur le site !

Avertissement : Tous les articles et contenus publiés sur Obbies sont l’oeuvre des membres du réseau social. Obbies décline toutes responsabilités concernant la véracité et l’authenticité des contenus publiés. Seuls les contenus publiés ne respectant pas nos conditions d’utilisation font l’objet d’une suppression.