Amis futurs potagistes, il est temps


Le monde va mal. Il pleut, ça gronde. Entre les ĂȘtres humains et la nature, plus rien ne va. J’entends le bruit de l’eau, tel vache qui pisse, sans discontinuer, en Ă©tĂ©. Et le gris des cieux, et la grĂȘle et les plaintes.
Il est temps. Il est temps de faire de la politique. Pas d’estrade, pas de micro. Du vert comme terrain de jeu et des abeilles pour Ă©lecteurs. On verra bien qui sortira gagnant.

Le jardin comme terrain de jeu

Vous vous Ă©merveillerez devant la tomate qui vire doucement du vert au rouge. Les bourdons et les guĂȘpes que vous Ă©vitiez deviendront vos alliĂ©s. Vous vous mettrez Ă  aimer les fleurs, passionnĂ©ment, et vous prendrez les arbres pour des ĂȘtres supĂ©rieurs. Vous apprendrez l’entraide, la passion, la patience. Vous comprendrez le sens du mot rĂ©silience et le rythme des saisons deviendra une prĂ©occupation.


Boire son cafĂ© le matin en flanant entre les allĂ©es du potager et admirer les couleurs changeantes d’un coucher de soleil sur la peau des courges. Attendre, attendre, sans frustration mais avec un besoin Ă©vident, le temps des semis.

Voir ce petit monticule de terre se soulever et la graine apparaĂźtre.


Il y a le goĂ»t, d’un petit pois de son jardin que l’on gobe cru, tel un bonbon, et la beautĂ©, des motifs insensĂ©s d’une graine de haricot. Il y a la chasse au trĂ©sor, quand on soulĂšve la paille Ă  l’affĂ»t des tubercules de pommes de terre, et cet automatique sourire, qui pointe le bout de son nez, quand sous la mĂȘme paille, apparaĂźt l’adorable orvet. Il y a l’inquiĂ©tude Ă  l’apparition du mildiou et l’odeur nausĂ©abonde du purin d’orties. Le mal de dos parfois, et un peu de dĂ©sespoir.


Mais la magie, toujours, revient, et l’intime conviction, avec elle, que ça ira. La nĂ©cessitĂ© d’un arbuste plantĂ©, les oiseaux qui sont lĂ , les abeilles qui se remettent Ă  butiner
.

Dans un potager, vous trouverez l’essentiel
 L’adaptation, l’entraide, la puissance, le besoin, la lutte. Dans un potager, tout le monde sort gagnant. Vous oublierez le reste, vous regarderez. Et peut-ĂȘtre un matin, assis sur une motte de foin, devant le travail accompli et la vie qui revient, la grĂące, vous pleurerez, de bonheur et vous comprendrez.

Je vous laisse avec quelques uns de mes clichĂ©s 📾đŸŒș

Lequel prĂ©fĂ©rez-vous ? 😊

RĂ©cit rĂ©digĂ© et publiĂ© par _au_petit_potager 😊

Vous aussi exprimez votre passion pour le jardin et la nature sur Obbies et gagnez des CrĂ©dits Obbies en retour 😉

Written by

_au_petit_potager_

Elodie, 34 ans, passionnée de potager et de permaculture.
Un potager de balcon Ă  Paris et un pleine terre en Bourgogne.
Je partage avec vous mon expĂ©rience et mes astuces 🙂